Sites de rencontres : « Et bonne continuation ! »

sites de rencontres

DITES-MOI UN PEU, les sites de rencontres, vous y avez déjà pensé ? Parce que, au cas où certaines d’entre vous en douteraient encore, nous avons toutes au moins une copine dessus. Si vous n’étiez pas si parfaite, elle vous en aurait parlé… Mais quand elle vous a entendu dire que c’était « pour les paumées et les tordues », elle a préféré continuer à jouer la fille très en phase avec son statut de célibataire depuis trois ans…

Moi, comme ma copine m’en a parlé et qu’en plus elle me raconte ses histoires, je n’allais pas me priver du plaisir de les écrire…

Pourquoi elle s’est inscrite

Son couple traversait une de ces périodes affreusement calmes, où le silence finit par être plus lourd à supporter que les reproches et où on en vient parfois à rêver d’une bonne vieille dispute avec fracas d’assiettes de la belle-mère sur le carrelage. Au fil des années, ils avaient fini tous les deux, par être aussi vivants que leurs chevets respectifs de chaque côté d’un lit toujours froid même quand ils dormaient. Ce n’était pas l’envie de quitter son mari qui l’avait poussée à s’inscrire mais plutôt, le besoin de retrouver la femme qu’elle était, dans l’espoir de la ramener dans son couple.

DES RENCONTRES VRAIMENT MYTHIQUES

Elle commença sur un site très connu, un basique, qui avait déjà fait ses preuves. Dès le premier soir, elle échangea quelques messages sans équivoque avec un type qui promettait d’être à la hauteur de ses aspirations : direct, vif, sûr de lui… Juste ce qu’elle recherchait. Elle s’endormit impatiente de rencontrer ce grand séducteur qu’elle pressentait sauvage et mystérieux. Le lendemain matin, en découvrant qu’il lui avait envoyé un message, elle sourit d’avance, persuadée d’y lire quelque chose de troublant, voire d’un peu brutal…

« Bonjour. Tu es mon soleil »

Je détaille la déception générée par cette digression poétique inopportune ou vous avez compris toutes seules ? Bref, elle rédigea très vite une petite réponse parfaite, qui conviendrait à toutes les situations de ce genre et envoya : « Tu n’as pas éveillé en moi l’étincelle attendue, je préfère que nous en restions là ».

La réponse du poète ne tarda pas : « Ok, pas de souci, bonne continuation ».

Avec le suivant, après quelques échanges enthousiasmants, elle demanda (simple mesure de précaution) s’il pouvait lui envoyer une photo : « Pourquoi ? C’est important le physique, pour toi ? »

Euh,comment dire ? Si elle n’était en quête que de beauté intérieure, probablement aurait-elle opté pour une retraite avec des moines tibétains plutôt que pour un site de rencontres ! Toutefois, il ne refusa pas. Il lui expliqua juste qu’il devait s’organiser parce que sa femme était dans la même pièce (#jesuisungrosnase) mais qu’il allait se débrouiller. Quelques minutes plus tard, elle manqua lâcher son téléphone quand elle vit apparaître, sur l’écran, un effroyable tapis de poils partant probablement de la base d’un cou et allant jusqu’à ce qui devait être la naissance d’un pubis recouvert d’une pilosité surnaturelle. L’ensemble était si confus qu’elle ne savait même pas dans quel sens regarder la photo…

Cette vision provoqua l’envoi immédiat de la phrase type : « Tu n’as pas éveillé en moi l’étincelle attendue, je préfère que nous en restions là ».

Réponse quasi instantanée de l’homme-tapis : « Ok, pas de souci, bonne continuation »

Après d’autres échanges surréalistes, notamment avec une espèce d’hypocrite pervers qui se revendiquait hors catégorie parce que « pas un mort de faim, lui ! », elle décida de tester un site un peu différent, spécialisé dans les rencontres extra-conjugales.

Ok ! Ok ! Vous êtes choquées, vous ne mangez pas de ce pain là… etc. Je comprends. Mais ayant vite réalisé que sur les sites traditionnels la plupart des hommes étaient mariés et se gardaient bien de l’annoncer, elle se dit que finalement, un site « spécialisé » et en plus conçu par des femmes, aurait le mérite d’être plus clair. Surtout qu’en définitive, c’était exactement ce qu’il lui fallait : une rencontre brève, discrète et sans aucune perspective d’avenir.

Le soir même, elle discutait avec un type très sympa, très marié, très exigeant sur la notion de « discrétion », très ingénieur, très sportif… Bref : « très parfait ». Rapidement ils convinrent de se rencontrer et, juste avant de raccrocher, il lui demanda : « Sinon, Tom Cruise, t’aimes bien ? ».

Pour celles qui ne se souviendraient que de son regard, il est utile de préciser que Tom mesure un mètre soixante dix et que cela peut ne pas convenir à des femmes, comme elle, qui mesurent un mètre soixante quinze… Bon, elle se rappela avoir eu des amants plus petits qu’elle, décida qu’elle ne porterait pas de talons et que cinq malheureux centimètres n’allaient pas la décourager.

Ils avaient prévu de déjeuner ensemble mais au dernier moment, il lui annonça qu’il devait s’occuper de sa fille et qu’ils ne prendraient qu’un café (#çacommencebien). Quand elle arriva au rendez-vous, sans talons, et qu’il se leva, elle remarqua tout de suite qu’il était plus petit que prévu. En soi, ce n’était pas très grave mais le mensonge l’agaça. Et ce n’était que le début : le grand sportif devait faire davantage de pétanque que de natation et l’ingénieur dans les télécoms était en réalité vendeur de téléphones portables… Le soir même elle lui envoya sa petite phrase fétiche : « Tu n’as pas éveillé en moi l’étincelle attendue, je préfère que nous en restions là ». A quoi, le mytho répondit : « Ok, pas de souci, bonne continuation »…

Quelques jours plus tard, elle était à nouveau super enthousiaste à l’idée de pouvoir enfin réaliser un de ses plus vieux fantasmes : avoir une aventure avec un noir. Bel homme (sur la photo, en tous cas), cultivé, comme elle « épris de discrétion »… Lui aussi avait annoncé une taille d’un mètre soixante dix mais elle s’en fichait : leurs échanges avaient été sympas et le côté exotique de la rencontre compensait largement les quelques centimètres manquants.

Quand il arriva, elle constata qu’il avait lui aussi perdu quelques centimètres en chemin mais ne s’en étonna pas plus que ça. Elle se dit qu’il allait certainement la séduire par sa personnalité, son humour ou des attitudes un peu sexys… Mais rien, nada, walou ! Sans saveur, sans odeur et sans couleur… Un comble ! A un moment, dans leur discussion pourtant quelque chose le fit sourire et elle finit enfin par lui trouver un petit charme discret… Puis, tout en continuant à sourire, largement, il tourna la tête sur un côté. Le mauvais côté… Il aurait du s’en souvenir, cet idiot : il lui manquait deux dents !

Bon, vous l’aurez compris, elle n’a pas encore eu l’occasion de mettre à exécution, son plan diabolique… Et ce n’est pas faute d’avoir essayé ! Alors, souhaitons lui nous aussi « une bonne continuation » et attendons la suite !

DITES MOI UN PEU, on fait comme la dernière fois ? Vous prenez un pseudo débile, une adresse mail bidon et vous nous racontez en commentaires, vos expériences sur les sites de rencontres ?

You may also like

10 commentaires

  1. Tu as vraiment l’art et la manière de raconter les choses… Il faut dire à ton amie de perséverer… Au pire, elle continuera à nous faire rire et qui sait… Elle pourrait trouver son bonheur ! C’est bien arrivé à d’autres…

  2. Ces aventures sont écrites avec tant d’humour qu’on a surtout envie de lui dire « continue de t’amuser ». Mais on attend quand même l’heureux dénouement.

  3. Roh ça c’est pas très charitable ;)! J’espère qu’elle va trouver très vite, même si j’avoue avoir bien ri aussi à la lecture de ton article… D’ici là, bonne continuation à toutes les 2! On attend toutes la suite!

Laisser un commentaire