Prendre de l’altitude pour changer d’attitude

Lac

DITES-MOI UN PEU, vous n’avez jamais eu envie de disparaître des écrans radars, une journée ou une semaine ? Partir seule, sans enfants, sans mari, sans personne. Peut-être même sans téléphone ! Vous cacher quelque part, juste le temps nécessaire pour vous retrouver.

Quand le cœur explose et que la tête implose

Elle, elle en a eu envie. Elle a mis ça sur le dos de la «crise de la quarantaine ». Sauf que c’était bien pire qu’une histoire de grande aiguille coincée entre deux âges sur l’horloge de sa vie. C’était sa tête écrasée entre impulsions et obligations  ; son corps démembré entre morale et désir ; son cœur déchiré entre passion et famille.

En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, l’amour l’a tirée par les pieds, arrachée à son sommeil et sortie de sa zone de confort. D’abord, elle s’est roulée dedans, avec autant de générosité que d’égoïsme, incapable d’agir autrement. Et puis un matin, elle s’est levée avec la gueule de bois, la nausée des lendemains de fête,  ses pieds collés au sol, son cœur perché à dix mille, ne sachant plus lequel devait rejoindre l’autre.

Putain de rencontre ! Putain de mec mal coiffé, mal rasé, sensible, romantique et sensuel, qui est venu bouleverser l’ordre établi et faire exploser un projet de vie pourtant bien rodé. Depuis ce moment où son cœur est violemment sorti de son corps, ses émotions ont fait comme des gros yoyos autour de sa volonté de fer. Et de mère… Ces derniers temps, elle s’est crue folle parfois, capable d’improviser un gros coup de volant pour partir le retrouver. Prendre la tangente, comme ça, en plein jour, sans clignotant, sans prévenir. Sans valises et pour toujours…

Elle en était là, à ne plus rien savoir et ne plus rien comprendre : Pas du tout certaine de ne plus aimer son mari (ça aurait été trop facile…) ; l’équilibre de ses enfants en ligne de mire mais irrésistiblement aspirée par l’envie de partir vers un autre homme.

Alors quoi ? Pleurer ou rire ? Vivre ou se laisser mourir ? Ne pourrait-elle pas, rien qu’une fois, choisir sans renoncer ?

Faire le vide pour faire le point

Épuisée par toutes ces émotions et ces contradictions elle a fini par se tirer… Seule… Quelques jours, dans le village où elle passait ses vacances, enfant ; pariant que le caractère intemporel de ces montagnes lui soufflerait les réponses à ses questions.

Pas facile de trouver une loc meublée pour trois jours, dans ce village devenu fantôme avec le temps. A peine un ou deux appartements déprimants, dans des résidences désertes et mal chauffées. Une maison la tentait bien mais trop grande et donc trop chère. Sans conviction, elle a quand même contacté le type de l’annonce pour lui faire une proposition au cas où… Contre toute attente, le propriétaire l’a acceptée en ne mettant qu’une condition : il dormira lui aussi dans la maison la troisième nuit.

Mini retraite de trois jours, donc, dans ce village qui n’existe presque plus à part dans le souvenir des enfants qui y ont grandi. Trois jours pour espérer remettre son cœur dans la boîte, s’éclaircir la vue tout en luttant contre la culpabilité de n’avoir pas dit à ses enfants qu’elle s’absentait pour autre chose que le boulot. Trois jours entre vert et bleu à puiser dans le paysage autour, l’énergie qui lui manquait depuis des semaines. A la fin du troisième, probablement anesthésiée par les effets de cette parenthèse hors du temps, une seule chose lui semble évidente : trois jours ne suffiront pas. Surtout qu’elle sait que pour sa dernière nuit, elle ne sera pas seule et que ce sera probablement un frein à son travail d’introspection.

L’inconnu dans l’équation

Comme prévu, le propriétaire finit par arriver.

Comme elle est bien élevée et que lui est agréable, ils échangent quelques politesses de circonstances. Comme ils n’ont rien de mieux à faire, ils décident de dîner ensemble. Comme elle s’était apportée une bouteille de champagne et que la boire seule lui avait finalement semblé pathétique, ils l’ouvrent ensemble. Comme le champagne fait son effet, ils se racontent leur vie, simplement, sans chichis, juste histoire de profiter de l’opportunité inespérée de cette rencontre… Se confier à un inconnu, un qui ne sait rien d’elle, qui ne la jugera pas, un qui sera juste le réceptacle de ses états d’âme. Un qu’elle ne reverra probablement jamais.

Depuis elle est redescendue de sa montagne, rentrée chez elle, sans avoir trouvé les réponses dont elle avait besoin mais apaisée.

Et comme nos vies sont souvent faites de ce qu’on n’avait pas prévu, il ne se passe plus un jour ou presque, sans que ces deux amis d’un soir, échangent quelques mots.

Dites moi un peu, si tout ça vous inspire quelque chose, surtout, n’hésitez pas à l’écrire en commentaires…

 

You may also like

26 commentaires

  1. Dis moi un peu … quand sera le prochain article … j adore !
    Et oui je me suis reconnue ayant eu déjà l’envie de prendre de l’altitude … ça me fait penser que je partirais bien en chercher ….

  2. Quelques mots justes et touchants et deja tu nous embarques dans ton univers et tu nous donnes envie de connaitre la suite…
    Bravo ta plume est très sensible et plaisante
    Prendre de l’altitude pour changer d’attitude je suis fan de ce titre qui fait parfaitement écho à ce que l’on peut chacune ressentir à certaines étapes de notre vie
    À quand la suite?!

    1. La suite de cet article, chacune l’imagine comme elle veut… La suite du blog, dès que je trouve à nouveau une histoire qui m’inspire. Mais avec vous toutes autour de moi ça ne devrait pas tarder !

  3. Merci Nath pour ce partage intime et émouvant
    Embarquée immédiatement en terre reconnue submersible : celle des quadras/quinquas en quête de visa pour la vie.
    Substituons à la peur de n’avoir rien à attendre la certitude de pouvoir tout espérer 🙂
    Bravo pour tes mots et tes choix

  4. Bonsoir.
    Il y a quelques années j’ai vécu la même.
    Finalement j’ai tout plaque pour reconstruire MA vie et même si parfois c’est difficile je ne le regrette pas.

    Merci à toi.

    1. Merci pour ton commentaire. Quand on décide d’écouter son coeur et d’être en accord avec soi, ça nous impose de prendre des décisions difficiles parfois… Bravo ! Et puisque c’est de circonstances, belle année à toi !

Laisser un commentaire