Deux mots à ma copine blogueuse

mailys

DITES MOI UN PEU, ça vous a déjà effleuré de faire un blog ?

Parce que moi, le jour où j’ai dit ça, j’aurais aussi pu dire n’importe quoi d’autre. Genre que j’aimerais savoir faire la pâte feuilletée. Ou courir le marathon de New-York. Mais bon, je connais mes limites : je suis quiche en pâtes à tarte et si je cours à plus de 8km/h, c’est trois jours minimum en PLS.

Bref, j’ai dit « blog » comme ça, comme on rêve à voix haute parfois, sans arrière pensée. Et sans y penser du tout, d’ailleurs. Des paroles en l’air ! Sauf que la petite Maïlys, à côté, elle a chopé le truc au vol, me l’a retourné comme un boomerang et n’a plus lâché l’affaire.

En deux secondes, elle était au taquet et me déballait tout son speech sur la « formation de blogueuse trop cool » à laquelle elle s’était inscrite :

  • Et vas-y que je te raconte comment c’est super facile de se lancer…
  • Et vas-y que je te promets qu’en cinq minutes et deux clics, tu l’as ton blog…
  • Et vas-y que tu peux payer en plusieurs fois…
  • Et vas-y que tu peux même te faire rembourser si tu trouves ça nul.
  • Et vas-y que je me suis laissée convaincre…!

Bon, elle est bien gentille la petite Maïlys mais quinze ans nous séparent elle et moi. Ce qui, en d’autres termes, signifie qu’en « poussant un peu », j’aurais pu être sa mère. Alors même si le côté intergénérationnel de notre amitié est vraiment stimulant, je me rends compte parfois (souvent) que mon cerveau de « quadra bien tassée » rechigne de plus en plus à intégrer certaines notions qu’il considère désormais comme très accessoires à mon épanouissement…

Déjà, quand ta seule ambition est d’écrire sur toi et tes copines, va te trouver une place entre les pros du e-business, les spécialistes de la finance, les fashion-addicts et les coachs de vie…

Parce que, clairement, vu l’ampleur du phénomène de sur-densification dans le monde des blogueurs :

  • Soit tu acceptes dès le début que l’important c’est de participer et tu bannis à jamais de ton vocabulaire les termes de « référencement », « trafic »…etc,
  • Soit tu te jettes à l’eau au milieu d’une nuée d’Iron-Men hyper entraînés et tu te prépares à mourir noyée dans l’anonymat le plus total au moment où les meilleurs seront déjà secs et assis sur leur vélo,
  • Soit tu as vraiment une idée qui dépote.

Du coup, par sécurité, j’ai commencé à apprivoiser l’idée que lorsque j’aurai fini mon marathon (cette formation), l’humanité toute entière aura probablement disparu. De la même manière, j’ai intégré les paramètres « anonymat » et « loose » comme étant les gardes-fous les plus efficaces contre tout sentiment de frustration ou d’échec.

Alors, Maïlys, ma chérie, il faut que je te dise un truc… Non, en fait, il faut que je te dise DEUX TRUCS.

Le premier, c’est MERDE (lis cet article jusqu’au bout s’il te plait, avant de me laisser un commentaire désagréable).

MERDE, parce que j’ai bien conscience d’être un peu atypique voire en parfait décalage dans ma démarche de blogueuse par rapport à toi, à ton blog génialissime, par rapport à beaucoup d’autres qui ont un truc à vendre ou un savoir à partager (même si certains seraient plus inspirés de ne rien partager, mais ça reste entre nous…).

MERDE, parce que moi, je n’ai rien à vendre (peut-être un livre un jour mais ça, c’est une autre histoire) et rien à partager non plus. Rien d’autres que nos petits potins à mes copines et moi, nos histoires de femmes, nos rêves, nos doutes, nos petits échecs et nos plus belles victoires aussi.

MERDE également, parce que je ne vois pas le début de la fin de cette  « pu.. de formation » et qu’il me faut cinq jours en moyenne pour finir une leçon de cinquante minutes.

MERDE, enfin parce que j’en chie comme un rat mort, que j’aurais aimé pouvoir exprimer mon désarroi de manière plus poétique mais que cela aurait été un euphémisme.

Bon, ça c’est fait… Maintenant, l’autre truc que je voulais te dire, c’est MERCI.

MERCI, parce que même si je suis consciente d’être une véritable truffe en blog, le simple fait d’avoir enfin un endroit à moi pour y dire ce que je veux, c’est juste génial.

MERCI, parce que rien n’est plus inspirant pour moi que la vie de mes copines, qu’elles ont toutes des histoires incroyables à raconter, qu’on est souvent jumelles dans nos ressentis et qu’ensemble, on est moins seules (Non, ceci n’est pas une phrase aussi stupide qu’elle en a l’air…).

MERCI, parce que ça va faire six mois que ça dure, que régulièrement je me noie dans des verres d’eau et que tu es toujours là pour me repêcher.

MERCI, enfin et surtout, parce que sans toi, c’est certain, je n’aurais jamais osé m’embarquer dans un truc aussi barré, « à mon âge » et que du coup, j’aurais sans doute continué de vieillir lentement et de rêver à voix haute en m’endormant sur mes regrets.

DIS MOI UN PEU, Maïlys, on t’a déjà dit que tu étais géniale ?

You may also like

7 commentaires

  1. Alors pour ma part si je peux te rassurer je suis nulle en pâte à tarte, je ne cours pas le marathon (même pas un petithon) je m’y refuse carrément d’ailleurs, alors de là à me lancer dans une formation de blogueuse même pas j’y pense une fraction de seconde. Je laisse ce pouvoir aux femmes talentueuses que vous êtes car oui c’est un talent… pouvoir écrire et ressentir ce dont les autres ont besoin. Bravo les filles

  2. ça aurait été dommage de laisser autant de jolis mots seulement dans ta tête…. Vive la génération blog !! (En attendant le choix d’un éditeur 😉

  3. J’adore! Tu le sais je me suis lancée à peu prés en même temps dans un blog sur la plongée (et oui c’est pointu, ça n’intéresse que 5 % de la population et encore, il y a des milliers de blogs sur le sujet… bref je n’ai pas bien écouté les conseils d’Olivier, lol!) et je ressens vraiment les mêmes choses que toi! Merci de les avoir si bien explicitées! L’important reste de se faire plaisir!

    1. Anne, ton blog est parfait dans le sens où il est aussi sincère que spontané. Ta passion pour la plongée est évidente, communicative et tu es toujours très accessible dans tes articles même pour ceux qui n’y comprennent rien !

  4. On le dit toutes mais il y a celles qui le font et les autres. Alors je n’ai que 2 mots à te dire :BRAVO et surtout ( égoïstement car c’est un petit bonheur que de te lire!) CONTINUE !

Laisser un commentaire