Des vies en contes défaits

checklist

DITES-MOI UN PEU, vous êtes plutôt « check-lists » ou plutôt « totale-impro » ?

Je ne parle pas de la liste des courses dont l’utilité n’est plus à démontrer – encore qu’elle peut aussi être un frein à l’expérimentation – mais de celle qu’on s’impose parfois quand on est gamine et qui finit souvent brûlée sur l’autel de la crise de la quarantaine. En fait, je parle de la liste suivante :

  • Trouver un job
  • Se marier avec un type bien
  • Louer un deux pièces
  • Faire un enfant
  • Louer un trois pièces
  • Faire un deuxième enfant (de sexe différent du premier dans l’idéal)
  • Changer de voiture
  • Acheter une résidence principale…

Elle, assez rapidement, elle avait presque tout coché.  Il ne manquait plus que quelques semaines pour que les travaux soient finis et ils prendraient enfin tous les quatre, leur premier dîner dans la maison du bonheur. A ce stade de l’histoire, vous devriez normalement visualiser une jolie photo, bien apaisante, qui pourrait même vous rappeler quelques souvenirs…  Je continue… 

Un soir, au cours d’une réunion boulot houleuse, où une nouvelle équipe méprisait systématiquement le travail accompli par « les anciens », elle soutenait fermement et efficacement ses collègues de bureau quand elle reçut un sms. C’était justement l’un de ses collègues, assis à l’autre bout de la table. Elle se dit qu’il allait, à coup sûr, lui demander de tempérer ses propos ou d’abréger, pour que la réunion se termine enfin. Discrètement, elle prit son téléphone et regarda le message :

« Dans l’adversité, tu es belle à tomber… »

D’abord, c’est elle qui tomba mais personne ne le vit… A part, bien sûr, celui qui avait envoyé le missile et qui surprit le très net changement de couleur de ses joues.

« Adversité… belle… tomber… »… Pas un simple : « Que tu es jolie quand tu es en colère ». Pas un petit message de Bisounours qui aurait pu provoquer une réponse du genre : « Et sinon, t’arrives à pé-cho avec tes sms d’hypocrite obsédé ? ». Non, il y avait de la recherche dans ces mots là. Presque une déclaration… d’amour et de guerre, aussi. Et ça, c’est fou ce que ça réveille.

Bien que très « émotionnée », elle fit l’effort de répondre de manière sobre et faussement énigmatique : « Touchée de voir un visage ami parmi cette assistance hostile »… Bien entendu, l’emploi des mots « visage » et « ami » n’avaient d’autre but que de maintenir un semblant de suspens quant au déroulé des événements.

Et voilà comment, en quelques secondes on comprend que PARFOIS, une check-list n’est rien d’autre que la transposition, plus ou moins réussie, des éléments du conte de fées, dans la vie réelle. Je dis « PARFOIS », parce que j’en connais qui, bien que n’étant ni fées, ni princesses, vivent depuis longtemps, avec leur premier mari, des histoires d’amour carrément énervantes…

Pour en revenir à notre héroïne du jour, elle vécut donc une relation passionnée, immensément romanesque mais qui ne dura pas plus de six mois. Sans doute avait-elle pressenti la caractère éphémère du phénomène puisque jamais, durant cette histoire, elle n’envisagea de quitter son mari. En revanche, ce que révéla cette période de sa vie, perdura bien au delà de sa petite escapade. D’abord, elle était désormais pleinement consciente de l’hypocrisie dont elle s’était rendue coupable depuis des années. Vis à vis de son mari déjà, mais surtout vis à vis d’elle-même. Ensuite, elle avait maintenant parfaitement intégré qu’un jour elle tracerait sa route et que désormais, il n’y aurait plus ni check-list, ni obligations, ni contrats, qui conditionneraient ses choix futurs. Enfin, elle savait à présent que l’amour était ailleurs, comme la vérité, sans doute un peu plus loin sur le chemin et ce vaste champ des possibles la réjouissait plus que tout.

Savoir qu’elle ne finirait pas sa vie en vulgaire figurante dans une comédie romantique bidon, lui allait bien au teint. Et, s’agissant de cosmétiques, il n’y a pas de meilleur anti-cernes que la certitude d’un bonheur à venir… Plus elle était confiante, plus son capital séduction atteignait des sommets. Plus elle était décidée à laisser la vie faire, plus la vie était simple. Plus elle ouvrait de portes, plus elle se connectait à ses émotions. Plus elle était à l’écoute d’elle même, plus elle savait qu’elle ne se tromperait plus.

D’ailleurs, elle ne se trompa plus et n’eut aucun mal à « LE » reconnaître le jour où elle le rencontra. Comme ils avaient déjà beaucoup d’enfants, ils se contentèrent de vivre heureux, amoureux aussi… et ça fait dix ans que ça dure.

Et maintenant, dites-moi un peu, vous en êtes où, vous, dans votre check-list ?

 

 

 

You may also like

14 commentaires

    1. Merci… Tu me connais assez pour savoir que les compliments que vous me faites ne font que glisser mais c’est bon à lire quand même ! Je continue volontiers parce que ce qui est certain, c’est que nos vies sont passionnantes !

  1. Dans ta liste j ai un job deux enfants fille garçon trouvé un type bien sans envie de me marier ( suis contre ce type d engagement) et j ai acheté ma résidence principale grâce à …;-)

    1. Petit complément d’information pour celles qui penseraient que ta vie est un long fleuve tranquille : tu as quitté le père de tes enfants il y a longtemps et ta résidence principale, tu l’as achetée toute seule !

  2. Voilà la phrase que je voulais mettre Non la vie n’est pas un long fleuve tranquille même si pour certaines l’enfance et l’adolescence ont été bercées de…. l’essentiel c’est de trouver un bon mari.. se marier…. avoir de beaux enfants….. s’en occuper … tenir une jolie maison…. rentrer dans les clous quoi ! Le regard des autres et la bienséance sont tellement important. Un peu le discours que mes grands parents tenaient à ma mère ! Oui bien sûr que c’est possible, mais il ne faut jamais perdre de vue que oui la vie n’est pas un long fleuve tranquille ….et qu’elle réserve aussi des surprises.. On est mieux armé quand on en est conscient ! A tous les points de vues. Merci continues et nous continuerons aussi que tu le veuilles ou non à te complimenter sur ta manière d’écrire et surtout tes predispositions à sentir les choses

  3. Je suis check-list depuis… Toujours… ?!?
    La mienne a plutôt été :

    Trouver un homme bien
    Louer un deux pièces
    Trouver un job
    Acheter un appartement
    Faire un puis deux enfants
    Changer de voiture
    Changer de vie en gardant l’homme bien et les enfants

    Toute cette liste a été saupoudrée d’amour, de colère, d’humour, de compromis, de remise en question, de difficultés et aujourd’hui encore d’amour. Elle est juste un fil rouge avec ses noeuds de temps en temps, mais rouge comme la passion… Et elle continue/évolue…

    Ton blog est passionnant ! La suite…,
    Bise

  4. J’ai vraiment adorée cette histoire… ce genre de liste est un elle vraiment réalisable ? J’en suis loin très loin… Mais une chose est sur ma fille est un des points le plus réussi

  5. C’est joliment raconté… je pense que la liste diffère selon les personnes et elle évolue avec les années, pour moi le principal étant de trouver le bonheur et la sérénité, avec ou sans maison, avec ou sans compagnon et avec ou sans enfant….
    Perso j’ai l’appartement et l’enfant mais pas le chéri. Et c’est très bien ainsi. À un moment donné j’ai voulu la liste complète, mais ce qui compte c’est de se satisfaire de ce que l’on a. Et surtout de ce que l’on est.

  6. Top. Ton titre me rappelle une expression de toi que j’ai gardée… Quand nous nous sommes retrouvées, tu m’avais dit: « Il faut qu’on se raconte l’histoire de nos vies décomposées… » C’était la 1ère fois que je réalisais qu’avant d’envisager une recomposition, il fallait bien constater la « décomposition »… Mais avec le recul, je sais aujourd’hui qu’on peut rester « décomposé(e) » et s’en accommoder parfaitement !

    1. On peut composer surtout… avec la mélodie parfois dissonante que la vie nous impose. C’est ce que tu as souvent, toujours, choisi de faire. T’ai je déjà dit combien tu m’impressionnais par ton audace, ton entêtement et ton intelligence ?

Laisser un commentaire