Au fait, tu reviens quand ?

52016506 - see you soon written on a chalkboard in the garden

On est le 14 septembre 2015, en fin de journée. Tu me téléphones de la part d’un copain agent immobilier, parce que j’ai une amie à la CCI et que tu as besoin de renseignements pour ton projet de création d’entreprise dans l’architecture d’intérieur. J’en profite pour te glisser deux mots sur un petit réseau social de femmes dont je m’occupe à l’époque. Tu as l’air hyper enthousiaste, tellement que je me demande si ça n’est pas un peu surjoué. En fait, non,  j’apprendrai avec le temps, que tu es comme ça : à fond pour tout ce qui collectivement, permet de se réaliser individuellement.

Le lendemain, tu m’envoies un lien vers  ta page Facebook d’archi d’intérieur et un autre, vers un article écrit sur l’un de tes premiers blogs « 1 2 3 je me lance ».  J’adore : ton style, ton humour, ta manière de te moquer de tout, y compris de toi, ta franchise, ton pragmatisme… Pour le reste, je t’avoue que je n’aurais pas parié sur le fait qu’on puisse s’entendre toutes les deux : moi, dingo-survoltée, rigide, hyper-organisée, toi bobo, tranquille, toujours à la bourre et donc en retard. Franchement ça paraissait mal engagé.

La lenteur dans chacun de tes gestes m’intrigue. Je me demande par exemple, comment tu peux enfiler une manche de ton manteau, reprendre le fil d’une discussion et ne passer l’autre manche que dix minutes plus tard, toujours au ralenti.

J’apprends tout de suite deux choses essentielles avec toi. La première, être ton amie implique la mise en place de certains réflexes et notamment basculer son téléphone en mode avion la nuit. La seconde, tu supportes la critique mais jusqu’à un certain point seulement… Il est pas loin de 23h :

« Salut Nathalie! je voulais partager ça avec toi: avec mon blog moche aujourd’hui j’ai récolté 4 demandes de prestations! Incroyable non? 😀 comme quoi ça vaut le coup de se lancer même si on se sent pas tout à fait prêt! (de toutes façons avec mon perfectionnisme maladif je ferais rien sinon!) biz et bonne soirée !!!« 

Je n’ai jamais dit que ton blog était moche, tu exagères !… En tous cas, tu as raison : on s’en fiche si tout n’est parfait, il faut avancer. J’en suis même à me demander si le perfectionnisme n’est pas juste une excuse à l’inertie…

En mars 2016, tu me dévoiles enfin ce que tu as derrière la tête, ce projet génial et fou qui explique ce que tu mets en place, petit à petit, depuis que je te connais et même avant : un tour du monde d’un an, avec ton mari et tes deux petits ; décollage juillet 2017.

Comme tu ne pourras pas prendre de nouveaux chantiers pendant votre expérience « Tourdumondiste », ça fait quelques semaines déjà que tu as réfléchi à un moyen de gagner de l’argent tout en étant à l’étranger et en déplacement permanent. En fait, un peu avant qu’on se rencontre, tu as commencé une formation pour devenir blogueuse professionnelle et comme tu as vite compris que pour ne pas te noyer dans la masse, il fallait te spécialiser dans un domaine précis de l’architecture d’intérieur. Et tu as eu l’idée de créer Optimise Mon Espace. Pour l’anecdote, c’est également en mars 2016 que tu me demandes les coordonnées de mon coiffeur parce que ça aussi, c’est une chose que nous différencie, beaucoup toi et moi : l’une de nous a une relation pathologique à son apparence, sa coiffure, ses rides et son poids,  l’autre s’en balance comme ce n’est pas permis…

Tout le monde ne s’en rend pas compte mais depuis que tu suis cette formation, tu n’as plus une minute à toi. En même temps, comme tu mets toujours trois plombes pour enfiler ton manteau, personne ne peut imaginer ce que tu vis « au dedans »… Personne ne peut savoir que dans la journée tu suis tes chantiers, tu prospectes, tu fais des devis… Personne ne peut savoir qu’entre deux rendez-vous, tu enchaînes les leçons de ta formation. Et personne ne peut savoir, non plus, que la nuit tu peaufines ton blog, tu écris tes articles, bref tu t’occupes de ta comm. Personne ne peut le savoir et tu te gardes bien de le dire.

Seulement moi, le matin, quand je prends mon petit déj à 6h et que je fais un tour sur Facebook pour être bien certaine de ne pas rater le potin du jour, je vois que deux heures plus tôt, tu étais encore connectée… Et je sais que quand tu es sur les réseaux sociaux, c’est rarement pour t’amuser ou poster des selfies à la salle de sport avec les copines…

Bon et bien, je pense que tu ne dois plus être loin d’avoir coché toute ta check-list, non ?

Vaccins presque tous ok. Formation Blogueur Pro, ok. Site internet, nickel. Vente de l’appartement dans un timing parfait. Mise en ligne des formations de coaching-maison, ok. Billets d’avion quasi ok…

Tu m’emmerdes avec ton compte à rebours, mais il faut se rendre à l’évidence : l’heure du départ approche. Franchement, je ne crois pas que tu me manqueras… Je ne dis pas ça pour être désagréable mais simplement parce que je sais que ce ne sont pas quelques milliers de kilomètres qui nous empêcheront de communiquer .  D’ailleurs, je viens de relire tous nos échanges sms et messenger et il y a largement de quoi en faire un bouquin…

Ah, oui, j’allais oublier un petit détail dans ton planning de ces douze derniers mois : « Ditesmoiunpeu » n’existerait pas sans toi, sans tes coups de pieds, tes coups de main et tes coups de gueule à chacun de mes coups de mou.

Merci pour tout « Ma Maïlys » (private joke). Je crois pour de bon que notre rencontre a changé ma vie parce que sans toi, il y a beaucoup de choses que je n’aurais pas osé faire. Tu m’as souvent dit que j’avais le don de mettre les gens en contact avec les autres, toi tu m’as mise en contact avec moi-même et c’est bien plus fort encore.

12241564_1654544621500688_154713630054200974_n

Et puisque nous t’aimons trop pour te retenir…

You may also like

6 commentaires

  1. Cet article est magnifique! Comme votre amitié. Et dans un style que j’adore, le tien, avec cet oeil critique sur les choses et les relations. Et ce ton à la fois acerbe et tendre. Tu es une amie précieuse Nath! Mais ça Maëlys, que je ne connais pas très bien mais que j’ai pu apprécier (c’est quelqu’un!), le sait pertinemment!! Alors aucun doute que vous resterez en contact. D’ailleurs entre blogueuses j’espère bien que moi aussi!

  2. Tu donnes vraiment vie à tous tes écrits et surtout tu rends beaux les moments et les personnes que tu racontes mais toujours sans flagornerie ni idéalisme !!
    Merci pour ces petits moments de bonheur et …. encore

  3. Hum, difficile de trouver les mots pour commenter un article pareil… C’est clair que je pense pas que quiconque aurait parié un copec sur la probabilité de notre amitié. Et pourtant, effectivement, en relisant notre correspondance depuis septembre 2015 (dont les 3 premiers messages où on se vouvoie hahaha) … ben j’ai bien été obligée de constater, dans ce flot hallucinant de messages, que t’étais devenue avec une rapidité hallucinante, une putain de vraie Amie. La naissance de ma nouvelle vie (d’entrepreneuse) a démarré à tes côtés et tu es devenue une référente à chaque question que je me posais, quelque soit le domaine. Un truc que je t’ai jamais dit, j’ai arrêté de fumer le soir où on s’est rencontrées : j’ai compris que c’était ringard et pas compatible avec l’attitude d’entrepreneuse que tu émanais. Tu m’as fait rencontrer des personnes formidables, tu m’as fait confiance, tu as été jusqu’à me faire courir et aimer me lever tôt ! (même si je me couche toujours beaucoup plus tard que toi ma poule 😀 )
    Comme tu captes pas toujours l’ampleur de ce que tu fais, tu n’en a peut-être pas conscience, mais moi, si : tout ce que j’ai vécu depuis bientôt 2 ans, doit beaucoup, beaucoup, à ta rencontre.
    #MerciJorge !
    J’ai aussi retrouvé un de tes premiers messages où tu me disais que t’aimerais bien toi aussi, un jour, bloguer, et raconter des histoires, autre chose que de l’immobilier … <3
    Peut-être bien que ce qui nous rassemble, c'est cette capacité de botter le cul des gens qu'on aime et qui nous inspirent… peut-être parce qu'on a envie qu'ils continuent de nous inspirer !
    #Merci
    #empreinteindélébile

    1. Tu prévois des mouchoirs pour le 30 ? Parce que sinon, je m’en occupe.
      Ce qui est certain c’est que toi et moi on n’aura jamais besoin d’être à côté pour être proches.
      J’ai hâte que tu partes en fait. Tu sais pourquoi ? Parce que je vais grave kiffer tout ce qu’on va s’écrire. Et toi aussi.

Laisser un commentaire